Nouvelle règlementation CSM dans le cœur du PN Calanques

By | 25 mars 2017

Comme il l’était prévu dans la charte – c’était une obligation – lors de la genèse du PNC, une réglementation spécifique à la pêche de loisir est aujourd’hui instaurée en coeur de parc en sus des zones de non prélèvement établies.

Pour ce faire, les gestionnaires du PNC ont créé une commission pêche afin de mettre en place une réglementation en concertation avec les différents usagers:  la FCSMP ainsi que la FNPSA  en font partie.

Dès le début la concertation a été très tendue du fait de la fronde des pêcheurs professionnels qui à juste titre, luttaient contre les rejets toxiques dans la fosse de Cassidaigne ; mais aussi à cause des propositions initiales du parc limitant les prélèvements des pécheurs de loisir à 2kg/jours  ( les documents qui ont alors fuité étaient des documents de travail) créant un grosse inquiétude au sein de la communauté des pêcheurs de loisir et surtout révélant un fossé entre la volonté des gestionnaires du parc et les attentes des pêcheurs.  

Il s’en est suivi une rupture du dialogue, mais les pécheurs de loisirs toutes disciplines confondues ont continué  des réunions en « off »  afin de définir  entre eux une réglementation juste et adaptée aux spécificités de chaque type de pêche.Suite à  plusieurs réunions il nous est apparu que les particularités et les disparités entre la chasse sous-marine et les multiples techniques de pêche à ligne nous obligeaient à faire des propositions séparées.

Après ces débuts difficiles, les choses ont évolué dans le bons sens, les esprits se sont apaisés et un travail constructif a pu  se faire en bonne entente avec le personnel et la direction du Parc.

Concernant la chasse sous-marine, nous avons travaillé en étroite collaboration avec la FNPSA.. Nous nous sommes inspirés  des règlementations déjà existantes notamment dans le Bouches de Bonifacio et nouvellement sur Parc National de Port Cros . Le but étant de rejoindre un des objectifs fixé par les gestionnaires du parc qui  est la lutte contre le braconnage. 

Après de longues discussions, nous sommes arrivés  à des propositions combinant  un quota global et un quota spécifique sans limitation en poids et dans des proportions limitant  au minimum la contrainte sur le  chasseur de loisir  lambda afin de ne pas entamer (ou le moins possible) la notion de « plaisir » tout en cherchant à  limiter les prélèvements  abusifs  dépassant le cadre de la consommation familiale.

Avec un prélèvement quantifié  rendant plus aisé le  contrôle et la verbalisation des abus, les autorités ne sont plus obligées d’attendre le  « flagrant délit » et   peuvent s’appuyer  sur des quantités précises pour agir (ce qui est impossible en droit commun laissant la part belle aux braconniers).

Ainsi voici la nouvelle règlementation concernant la chasse sous-marine  qui s’applique aujourd’hui dans le cœur de parc, des tablettes plastifiées seront d’ailleurs distribuées par les agents du parc dès cet été.

Télécharger la plaquette réglementation du Parc

Partagez l'information :

5 thoughts on “Nouvelle règlementation CSM dans le cœur du PN Calanques

  1. Guéron

    Existe ou existera-t-il une application pour lecteur de carte ou portable qui permette ou permettra de s’y retrouver et savoir quand on se déplace, sur nos côtes métropolitaines ou autres côtes françaises, où pratiquer la pêche de loisir sans restrictions ou avec quelles restrictions?
    Un document récapitulatif national papier ou autre de toutes les données serait bienvenu.
    Si l’on trouve que de tels documents seraient difficilement réalisables, que penser de leur réalisation par un individu pêcheur isolé et des difficultés d’application de tous ces règlements par le pauvre pêcheur de loisir sans un tel document récapitulatif.
    Les dits amateurs, surtout s’il naviguent un peu, ne pourrons plus rien oser faire ou seront presque toujours hors la loi ; même avec la meilleure bonne foi.
    Cela devient pire que l’époque où la pêche en rivière 1ère catégorie nécessitait une carte de pêche pour chaque parcours de 500 mètres avec sur chacun une règlementation tatillonne particulière; quand la pêche des deux rives n’appartenaient pas à deux sociétés ennemies! Je crains que l’on tende vers une complexité aussi redoutable laissant perplexe et décourageant définitivement les pêcheurs de loisir occasionnels .
    Sans une volonté de rendre claires et applicables ces mesures, il faudra interdire la pêche aux amateurs occasionnels et la réserver aux seuls “pêcheurs de loisir professionnels”.

    Reply
  2. YoannR

    Bonjour,

    Effectivement, votre remarque est très pertinente. Malheureusement la création d’un tel outil n’est pas de notre ressort. Néanmoins,lors de nos prochaines réunions avec les représentants étatiques, nous tâcherons de porter cette idée.
    Le durcicement de la règlementation visant les plaisanciers soulèvent des problématiques multiples. Je pense qu’actuellement, les services ministériels, la DPAM, les affaires maritimes, sont parfois eux même largués par la vitesse des règelementations. Il n’y a qu’à appeler les affaires maritimes pour nous en rendre compte. Bien souvent, dès lors que les questions de réglementation deviennent plus pointues, ils ne savent plus répondre. Mais le meilleur moyen actuel d’obtenir les informations, c’est de passer par eux.

    Reply
  3. Guéron

    COMPLEXITÉ ET INCOHÉRENCE:
    Les problèmes d’application des arrêtés préfectoraux concernant la pêche de loisir tiennent non seulement à leur complexité quasi ingérable pour beaucoup d’amateurs; mais aussi par l’incohérence qui existe entre les règlements pour différents parcs d’une même zone (Les Calanques et Port Cros): d’un coté 15 prises parmi 8 espèces (dont ( pélamides) + 7 kg de “divers” et de l’autre 3 prises parmi 7 espèces différentes en partie des premières + 5 kg de “divers” (dont pélamides). Quid d’un pêcheur chanceux dans les calanques et contrôlé en revenant chez lui à Gien (jusqu’à 22500 € d’amende tout de même)? Quelle est la règle à appliquer par les Affaires Maritimes? Si ce n’était pas celle du lieu de contrôle, Tout serai permis, les prises pouvant avoir été faites hors zone réglementée.
    À quoi rime, surtout pour un pélagique très mobile comme les pélamides, que l’on puisse en prélever jusqu’à plus de 15 kg d’un coté et moins de 5 kg de l’autre. Cherchez l’erreur.
    En quoi le fait qu’un poisson ait été tué par un hameçon ou un harpon influe-t-il sur la protection de l’espèce? (5 murènes et congres à la ligne et 2 en chasse sous marine).
    Dernière incohérence: les thons rouges méditerranéens se reproduisent à partir de 30 kg; la maille logique pour assurer un renouvellement du STOCK COMMUN AUX AMATEURS ET PROFESSIONNELS devrait être cette taille. c’est vrai pour les pêcheurs de loisir. La maille pour les pros artisans côtiers est de 8 kg et 75 cm (des bébés thons!!) avec de palangres de j–> 600 hameçons et des quotas de 10 tonnes /an. Autant de prélevé sur les futurs géniteurs parmi les très rares rescapés des millions d’oeufs pondus, ayant atteint une taille laissant tout espérer. là aussi , cherchez l’erreur.

    Reply
  4. Guéron

    Bonjour,
    Vous indiquez dans votre article que “Avec un prélèvement quantifié rendant plus aisé le contrôle et la verbalisation des abus, les autorités ne sont plus obligées d’attendre le « flagrant délit » et peuvent s’appuyer sur des quantités précises pour agir (ce qui est impossible en droit commun laissant la part belle aux braconniers).” D’où tenez-vous cette information?
    Je n’arrive à trouver nulle-part une dérogation sur le flagrant délit en question, ni sur quel critère elle s’appuierait. Y-aurait-il un aménagement identique en ce qui concerne la pêche à la ligne? Cette réponse est très importante en particulier pour ceux qui, à la ligne ou au harpon, auraient fait une très bonne pêche en dehors des zones réglementées et seraient contrôlés à leur retour sur les Calanques ou la très large aire adjacente à Port Cros.
    Merci d’avance; cette info est très importante.

    Reply
    1. Scal

      Bonjour Antoine, j’ai transmis vos remarques à Alexandre Sassatelli auteur de cet article et représentant pêcche loisir au CESC du parc.
      Les deux parcs nationaux sont deux entités distinctes avec leur aires de concertation respectives. Même si les objectifs sont communs, les discussions ne débouchent pas forcément sur les mêmes consensus et donc mesures…

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *