09/04/13 – CR comité Manche – Mer du Nord

By | 10 avril 2013

manche_mer_du_nord.jpg

 

Le comité de la façade Manche / Mer du Nord  (dépts 14, 50, 59, 62, 76, 80) s’est réuni le 8 avril 2013.

 

Vincent Caillard pour la FCSMP était le représentant de la PSM dans cette assemblée plénière au cours de laquelle ont été discutées les évolutions concernant la gestion et la règlementation de la pêche loisir en Manche Mer du Nord.

 

Vous trouverez dans cet article le compte-rendu et les commentaires de Vincent Caillard alias Pepemero.

 

 

Compte rendu de la réunion du Comité de façade de la Manche Est
Mer du Nord de la pêche de loisir

Lundi 08 avril 2013 14h00

 

 ORDRE DU JOUR

1. Arrêté n°74/2012 : Demande de révision de l’arrêté portant limitation des captures effectuées à partir de navires autres que ceux titulaires d’un rôle d’équipage de pêche en Manche et en Mer du Nord

2. Arrêté du 11/05/2011 imposant le marquage des captures:  Interprétation de son article 3

3. Pêche à pied:
a) conclusion de la réunion du comité départemental (Manche) de suivi de la pêche de loisir sur le sujet de l’interdiction de la fourche à cailloux pour la
pêche à la praire sur la côte Ouest de la Manche.
b) Proposition de réglementation pour limiter les quantités de pêches des moules et bigorneaux dans le département de la Seine-Maritime

4. Salmonidés: Point règlementaire concernant la pêche des salmonidés en baie du Mont Saint Michel

5. Arrêté déterminant la taille minimale ou le poids minimal des poissons et autres organismes marins effectués dans le cadre de la pêche maritime de loisir: Point réglementaire, notamment sur la question de l’égalité entre les professionnels et les pêcheurs de loisir en ce qui concerne les tailles légales

6. Bar: Proposition d’encadrer le nombre de captures.

 

COMPTE RENDU DE SEANCE

La discussion a porté essentiellement sur le point 1 (en fait le point 6).

En clair, les autorités ont manifesté l’intention d’ajouter le bar à l’arrêté n°74/2012.
Le raisonnement est le suivant : pour un meilleur contrôle des braconniers (apparemment, les mesures que nous avons acceptées en termes de marquage des captures s’avèrent facilement contournées par les pros du braconnage), il s’agit d’imposer à la majorité silencieuse et honnête des plaisanciers des quotas du style  » 6 bars par pêcheur embarqué dans la limite de 20 bars par bateau ».
Même intention de réglementation du homard.

Inutile de dire qu’avec une belle unanimité, l’assemblée a rejeté cette proposition, que j’ai personnellement argumentée en trouvant anormal que l’on ajoute des espèces non en danger à un arrêté règlementant les captures d’espèces soumises à plan de reconstitution, pour pallier la carence des pouvoirs publics à donner les moyens aux autorités daccroitre les contrôles nécessaires.
Il y a là un malsain mélange des genres !

Au sujet des contrôles, il nous a été proposé de porter à notre connaissance les résultats d’un bilan qui sera présenté prochainement à une réunion sur ce thème. Approbation unanime, car l’assistance était favorable à des contrôles visant à diminuer le braconnage tout en évitant les tracasseries inutiles pour les petits plaisanciers, ainsi qu’à une très large information des plaisanciers sur l’effectivité de l’engagement des pouvoirs publics.

Pour en revenir à l’arrêté sur les quotas de prises d’espèces en danger, le merlu, non concerné, car jamais pêché dans notre zone, ainsi que la plie, qui n’est concernée en tant qu’espèce à protéger que sur une portion infime du territoire, seraient sortis de la liste.

Au final, le Directeur a conclu à un statu quo de cet arrêté 74/2012, sans modifier les quantités permises, et surtout sans y ajouter le bar et le Homard !

Pour le point 2 portant sur le marquage, toujours pour faciliter la tâche des autorités de contrôle (éviter les transbordements), l’article 3 sera simplifié en stipulant que dans tous les cas, le marquage s’effectuera dès la capture.

Pour le point 3 sur la pêche à pied :

a) Confirmation de l’interdiction de la fourche à caillou pour la pêche de la praire sur la côte ouest de la Manche,

b) Mise en place d’une réglementation pour l’ensemble de la façade pour limiter les quantités de pêches des moules et bigorneaux. Donc, pas seulement dans le département de la Seine Maritime. Des cas avérés de braconnages (certains restaurants asiatiques) ont été décrits.

 
Le point numéro 4 sur la refonte de l’arrêté sur la pêche du saumon dans la zone maritime de la baie du Mont St Michel a été éludé car devant faire l’objet de la réflexion d’une commission de travail spécifique.

Le point numéro 5 a donné lieu à une vaste discussion, sur le thème rebattu et pour le moment hors de portée d’un comité de façade de plaisanciers, des mailles complaisantes des professionnels, de leur respect symbolique des périodes de repos biologique, etc.
Nous tombâmes tous d’accord sur le fait que les pouvoirs publics sont bien pusillanimes, et que les professionnels devront bien un jour ou l’autre s’aligner sur les mailles biologiques.

L’europe pourra t-elle y contribuer ?

CONCLUSION

Pour conclure, cette réunion était cordiale, c’était aussi la dernière du directeur, Laurent Courcol, qui sera regretté, tant il s’est montré rigoureux mais ouvert, dont la connaissance parfaite des diverses techniques de la plaisance a nourri des débats toujours constructifs. Il aura été un vrai partenaire !

Par ailleurs, nous soulignerons tout au long de cette réunion une parfaite synergie entre Caillard/Bréchaire (dont le me suis fidèlement fait le porte-parole aujourd’hui) et Jean Lepigouchet, très en forme !

Vincent CAILLARD

 

 

 

bannire_licence2013.jpg

 

 

Partagez l'information :
Category: Non classé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.